Le verre dans tous ses éclats.

Le verre dans tous ses éclats.

28 novembre 2022 0 Par Alain

Views: 159

Les radios du Grand Est s’associent aux actions de la Region.
Valérie DEBORD, Vice Présidente de la Region Grand Est

« Passé, présent, futur… Le verre dans tous ses éclats », c’est une exposition proposée par la région Grand Est, à l’occasion de l’année du verre, à découvrir jusqu’au 4 janvier prochain à l’Abbaye des Prémontrés à Pont-à-Mousson. Jean-Louis Janin Davier, commissaire d’exposition, nous présente l’univers « Le cristal dans tous ses états ». Il rappelle que le Grand Est connait une histoire verrière d’exception 

Jean Louis DAVIER, en charge de l’exposition “le verre dans tous ses éclats”

Un secteur qui baigne dans le luxe et l’exception 

Une histoire verrière d’exception sur ces terres du Grand Est depuis à peu près 1300 puisque c’est là où vont s’implanter les premières petites entreprises d’exploitation de verre sur les terres du Grand Est et particulièrement dans la région des Vosges.

Le cristal dans tous ses états du nom de votre exposition, qu’est-ce que le public va-y découvrir ? 

C’est un voyage à travers le temps mais c’est aussi un voyage dans l’apogée du monde cristallier qui est le 19e siècle. On rentrera dans la restitution d’un atelier du 18e siècle issus de l’Encyclopédie Diderot d’Alembert et sa grâce au verrerie de Bayel et puis nous irons dans une forêt enchantée où nous découvrirons des pièces magiques prêtées par Lalique, par Meisenthal et à l’intérieur de cette forêt enchantée vous aurez des points de Saint-Louis et la forêt c’est la source de toute la production verrière puisque on a besoin de sable, de fougères, de bois, pour faire brûler tous ces grands fours et puis nous avons un voyage dans une boutique restituée comme au 19e siècle. Nous voyagerons sous un sapin fait de boules de Meisenthal. Un sapin qui protégera une grande table festive de Noël entièrement dressée en cristal à côté d’un univers voué au parfum.

De cristal il en est question, vous avez évoqué le 19e siècle, une période faste pour ces industriels en Grand Est

A l’époque les maîtres verriers avant d’être maître cristalliers vont s’installer aux endroits les plus stratégiques. C’est comme la naissance de Saint-Louis, ce sont des postes itinérants. On va d’abord se servir du bois, du sol, de la nature et puis on va installer des petits ateliers qui vont permettre de produire. Petit à petit, il va y avoir une sédentarisation des entreprises. On aura Porcheux, Baccarat, Saint-Louis. On aura toutes ses manufactures qui vont s’installer dans le creuset du territoire et ne plus en bouger et développer leur manufacture.

C’est le luxe, c’est l’exception. D’une façon ou d’une autre lorsque le verre va apparaître c’est la transparence, c’est un contenant, c’est un matériau excessivement fragile. Il va falloir mettre en place toutes sortes de process pour le stabiliser, pour le durcir, le recuir, le tailler et puis le décorer et puis le colorer et donc ça c’est un principe de recherche pour aller vers le luxe. D’une façon ou d’une autre, le verre va commencer par être du verre plat puis du verre bombé puis du verre soufflé puis du verre assemblé, taillé et là c’est la présence de tous les maîtres artisans qui vont savoir sublimer et cette matière qu’est le verre puis après sublimer le cristal et le 19e siècle c’est l’apogée du cristal avec des manufactures comme Saint-Louis, comme Baccarat, qui vont fabriquer des pièces d’exception, qui vont fabriquer du mobilier, qui vont fabriqué des lustres géants, qui vont fabriquer des éléments d’art de vivre, de décoration et d’art de la table exceptionnel

Si vous deviez décrire une œuvre exposée, vous choisiriez laquelle ? 

Je ne peux pas en décrire une parce que toutes me séduisent mais nous allons dans un coffret de voyage fabriqué par la manufacture de Baccarat dont tous les flacons sont en cristal de Baccarat, avec des couvercles en argent et une boite en ébène noir et puis y a le grand lustre et puis il y a le grand candélabre de Baccarat. Il y a des pièces exceptionnelles de Saint-Louis. Le cristal est vraiment dans tous ses états, dans tous ces éclats, sublimé à travers la couleur, avec des montures de bronze, avec des montures d’argent, avec détails… C’est vraiment le cristal sublimé par la main de l’Homme et par la main des artisans.

Découvrez cette exposition exceptionnelle dans le cadre de l’année du verre, tous les jours sauf le mardi de 10h à midi et de 13h30 à 18h en entrée libre – Abbaye des Prémontrés, 9 rue Saint-Martin à Pont-à-Mousson. Plus d’infos sur anneeduvert.grandest.fr

Une production des radios associatives avec le soutien de la région Grand Est

Une histoire verrière d’exception sur ces terres du Grand Est depuis à peu près 1300 puisque c’est là où vont s’implanter les premières petites entreprises d’exploitation de verre sur les terres du Grand Est et particulièrement dans la région des Vosges.

Le cristal dans tous ses états du nom de votre exposition, qu’est-ce que le public va-y découvrir ? 

Un secteur qui baigne dans le luxe et l’exception 

Le verre dans tous ses éclats avec J.B. Sybertin Blanc, un des commissaires de l’exposition

C’est un voyage à travers le temps mais c’est aussi un voyage dans l’apogée du monde cristallier qui est le 19e siècle. On rentrera dans la restitution d’un atelier du 18e siècle issus de l’Encyclopédie Diderot d’Alembert et sa grâce au verrerie de Bayel et puis nous irons dans une forêt enchantée où nous découvrirons des pièces magiques prêtées par Lalique, par Meisenthal et à l’intérieur de cette forêt enchantée vous aurez des points de Saint-Louis et la forêt c’est la source de toute la production verrière puisque on a besoin de sable, de fougères, de bois, pour faire brûler tous ces grands fours et puis nous avons un voyage dans une boutique restituée comme au 19e siècle. Nous voyagerons sous un sapin fait de boules de Meisenthal. Un sapin qui protégera une grande table festive de Noël entièrement dressée en cristal à côté d’un univers voué au parfum.

De cristal il en est question, vous avez évoqué le 19e siècle, une période faste pour ces industriels en Grand Est

A l’époque les maîtres verriers avant d’être maître cristalliers vont s’installer aux endroits les plus stratégiques. C’est comme la naissance de Saint-Louis, ce sont des postes itinérants. On va d’abord se servir du bois, du sol, de la nature et puis on va installer des petits ateliers qui vont permettre de produire. Petit à petit, il va y avoir une sédentarisation des entreprises. On aura Porcheux, Baccarat, Saint-Louis. On aura toutes ses manufactures qui vont s’installer dans le creuset du territoire et ne plus en bouger et développer leur manufacture.

Si vous deviez décrire une œuvre exposée, vous choisiriez laquelle ? 

Je ne peux pas en décrire une parce que toutes me séduisent mais nous allons dans un coffret de voyage fabriqué par la manufacture de Baccarat dont tous les flacons sont en cristal de Baccarat, avec des couvercles en argent et une boite en ébène noir et puis y a le grand lustre et puis il y a le grand candélabre de Baccarat. Il y a des pièces exceptionnelles de Saint-Louis. Le cristal est vraiment dans tous ses états, dans tous ces éclats, sublimé à travers la couleur, avec des montures de bronze, avec des montures d’argent, avec détails… C’est vraiment le cristal sublimé par la main de l’Homme et par la main des artisans.

Découvrez cette exposition exceptionnelle dans le cadre de l’année du verre, tous les jours sauf le mardi de 10h à midi et de 13h30 à 18h en entrée libre – Abbaye des Prémontrés, 9 rue Saint-Martin à Pont-à-Mousson. Plus d’infos sur anneeduvert.grandest.fr

2022, c’est l’année mondiale du verre avec une résonance toute particulière ici en Grand Est. On part à la rencontre de Maya THOMAS, gérante et fondatrice de l’association S’Glass à Strasbourg. Vous exercez un métier autour du verre, à mi-chemin entre artiste et artisan avec cette particularité votre matière première ce sont des bouteilles de vin d’Alsace.

Oui en effet. Après ma formation dans les art verriers, je me suis posée la question de quelles étaient mes ressources en terme de matières premières et étant alsacienne, je suis tombée dans la bouteille et je suis tombée amoureuse de cet objet là et j’ai vraiment eu envie de le travailler et de le travailler et de manière très variée, c’est-à-dire d’offrir à cet objet à usage unique, une vie à usages multiples.

Une production avec des finalités très variées

Oui tout à fait, parce que en fonction des bouteilles, on a quand même un parc de bouteilles assez varié, ne serait-ce que dans l’Alsace, et par ses formes on peut faire différents objets. Il y a plusieurs gammes que je travaille avec ces bouteilles. Ça va aller de l’objet d’art de la table à l’aménagement d’intérieur par la création de vitraux en retravaillant les chutes qui sont générées par l’atelier sur la création des verres. Il y a aussi la création de pièces artistiques parce que quelque part c’est aussi un objet d’expression, la bouteille. On peut on peut lui donner un nouveau sens en plus de lui donner une nouvelle vie par l’objet fonctionnel de l’art de la table

Il faut une certaine maîtrise de la technique et surtout ce qui est important c’est un produit recyclable à l’infini et dans votre cas précis, vous allez plus loin. Vous faites en sorte de recycler avant même que le produit ne passe par les circuits classiques de recyclage

C’est même une des vocations premières de l’atelier. C’est justement d’offrir cette retraite dorée, de dire qu’on va rallonger le cycle, parce que certes le verre est recyclable, c’est tout à fait juste, mais ça reste un procédé qui est très énergivore. Pour recycler une bouteille, on va consommer 500 grammes de CO2. L’idée étant de se dire comment est-ce qu’on peut amortir quelque part cet impact. Nous pouvons le faire en rallongeant le cycle de vie de la bouteille. À partir de là, les techniques verrière vont intervenir pour lui donner différentes fonctions, pour pouvoir recycler l’intégralité de la bouteille. L’objectif est d’arriver à un zéro déchet. On va faire des verres pour la consommation et avec les chutes des bouteilles on va travailler mais pour ça, les différentes techniques sont importantes parce que dans un cas on va faire du travail à froid (coupe, ponçage) mais pour les créations artistiques ou les cloisons là je vais revenir sur du verre plat avec certaines interventions techniques qui vont se rapprocher des techniques de fusing, des vitraux où on va à travailler des techniques de montage qui permet justement de créer des objets très variés à partir d’un élément assez simple que tout le monde connaît : la bouteille.

Vous allez exploser quelques-unes de vos œuvres à Pont-à-Mousson, dans une exposition intitulée ‘’le verre dans tous ses éclats’’. L’exposition est visible jusqu’au 4 janvier prochain et en accès libre. Pour vous, Maya, c’est une belle reconnaissance de votre travail

Maya THOMAS, gérante et fondatrice de l’association S’Glass à Strasbourg

Oui, c’est un grand plaisir ! Je vais proposer 2 œuvres. Une qui va parler du verre industriel car il est très peu représenté dans le monde artistique. Il y a une pièce qui est réalisée à partir des chutes de bouteilles. L’autre œuvre parle du territoire, de terre de verre, qu’est la Région Grand Est avec son patrimoine des arts verriers. L’idée est de proposer une cartographie en alphabet, du territoire en verre.

Si l’expérience S’Glass vous séduite, vous retrouverez toute la gamme des produits et les revendeurs sur le site sglass.fr et pour tout savoir sur l’année du verre rendez-vous sur le site anneeduverre.fr 

Une production des radios associatives avec le soutien de la région Grand Est

Une production des radios associatives avec le soutien de la région Grand Est